le Maire répond à certaines demandes des parents d'élèves

le Maire répond à certaines demandes des parents d'élèves

Madame la Présidente,

Suite à notre rendez-vous du 12 septembre et au courrier que vous m’avez adressé dès cet été, j’ai pris connaissance de vos remarques concernant la rentrée 2017 à Saint-Maur, et vous en remercie.

En premier lieu, nous avons eu l’occasion d’évoquer les deux grandes avancées opérées dans l’intérêt des familles et de la communauté éducative, à savoir les travaux d’envergure réalisés dans les écoles cet été : un plan pluriannuel d’investissement de près de 4 millions d’euros a été lancé, rattrapant plus de dix ans de retard. Ces réfections concernent des travaux de sécurité, d’accessibilité, mais aussi de toitures, de gros œuvre, d’huisseries etc. C’est un effort sans précédent que font les Saint-Mauriens pour financer la rénovation des groupes scolaires afin d’accueillir dans les meilleures conditions d’éducation les 6500 enfants saint-mauriens qui fréquentent nos écoles maternelles et élémentaires.

Deuxième changement majeur à la rentrée scolaire 2017, le retour à la semaine d’école de quatre jours, qui rejoint les attentes des familles et du monde enseignant puisque les conseils d’école ont voté pour à la quasi unanimité. La Ville a préparé ce changement pendant plusieurs mois, anticipant un décret ministériel qui tardait à être publié et qui l’a été en juillet, différant la communication en direction des familles.

Je suis bien conscient que les rentrées successives depuis 2014 ont été caractérisées par des changements. Ceux-ci sont dus aux évolutions nationales sur la question des rythmes scolaires. La Ville a respecté l’engagement pris dès 2014, et espère à présent avec vous que la stabilité des horaires sera de nature à retrouver une régularité dont les enfants ont besoin.

Comme je m’y étais engagé, nous avons maintenu lefinancement des Ateliers Soleil, qui constituent une proposition éducative de qualité pour les enfants. C’était en effet une demande réitérée : que le temps périscolaire du soir ne soit pas une simple « garderie », mais qu’il offre des temps d’activité et de découverte adaptés au rythme de l’enfant. C’est dans cet esprit que la Ville a mis en place ces animations il y a un an, avec un rythme plus souple pour les petits de maternelle. Mais ces activités ont un coût : le retour à la semaine de quatre jours ne s’est pas traduit par un retour à la période d’avant-réforme, précisément parce que cette offre éducative supplémentaire est effectuée par des intervenants qualifiés.

Les nouveaux horaires périscolaires tiennent compte de ces changements. Ils ont été votés à l’unanimité lors du dernier conseil municipal. Toutefois, j’ai bien noté que l’absence de sortie intermédiaire entre 16h30 et 18h posait problème aux familles et risquait de rallonger les journées en collectivité des enfants, en particulier des petits de maternelle.

C’est pourquoi je suis d’accord pour ouvrir une sortie intermédiaire à 17h pour les élèves de maternelle et d’élémentaire. La demi-heure de 16h30 à 17h sera payante et forfaitaire. En effet, les personnels recrutés, que l’enfant reste une demi-heure ou une heure et demie, le sont en fonction du nombre d’enfants accueillis, avec un taux d’encadrement de 1 pour 14 en maternelle, et 1 pour 18 en élémentaire, car nous sommes sur des temps déclarés soumis à réglementation. Comme vous le soulignez, ce sont ces obligations d’encadrement renforcé en maternelle qui expliquent que le forfait ne soit pas identique au forfait élémentaire.

J’appelle toutefois votre attention sur la très grande modicité des tarifs actuels, tant comparés aux autres communes du Val-de-Marne que comparés aux salaires des animateurs payés par la Ville. Je rappelle que l’accueil périscolaire d’un enfant de maternelle tous les soirs sur un mois-type de 18 jours d’école, de 16h30 à 19h, coûte actuellement 0,62€ par soir. Pour la même durée, le coût s’élève à 0,70€ par soir en élémentaire. Ce sont des tarifs qui sont jusqu’à dix fois inférieurs à ce qui se pratique ailleurs. L’accueil du matin, quant à lui, se monte à 2,12€ par mois, soit 0,11€ par jour sur un mois-type de 18 jours.

C’est une réalité qui a été régulièrement rappelée : aujourd’hui, les tarifs sont au minimum de ce que la Ville peut demander pour avoir droit à l’aide de la CAF, et ne couvrentabsolument pas le coût réel de la prestation. Ces tarifs devront nécessairement faire l’objet d’un réexamen dans la perspective du budget 2018. Je suis tout à fait d’accord pour que les fédérations de parents d’élèves soient associées à ce travail.

Vous évoquez à juste titre les contraintes budgétaires très fortes qui pèsent toujours sur la Ville. Celle-ci doit en effet boucler son budget bien qu’elle ait perdu plusieurs millions d’euros de recettes suite à la suppression des aides de l’Etat. Si les familles ne sont pas les seules à devoir prendre en charge ces coûts, les Saint-Mauriens dans leur ensemble financent déjà largement, par leurs impôts, la différence entre le coût réel des prestations et les prestations facturées. Or la Chambre régionale des comptes a alerté plusieurs fois la Ville sur le fait qu’un service public utilisé devait être correctement facturé à ses usagers.

Actuellement, sur un an, le montant des dépenses du secteur scolaire et périscolaire équivaut au total des recettes de taxe foncière. Cela témoigne de l’investissement très important réalisé par la commune pour les familles.

En ce qui concerne la procédure de réservation de la cantine, cette mesure est indispensable parce que les commandes de denrées interviennent 21 jours à l’avance et que la restauration scolaire est en liaison chaude et non en liaison froide, c’est-à-dire que les plats sont préparés à la cuisine centrale le jour même. Néanmoins les trois jours de carence dans le cas des enfants malades seront supprimés.

Par ailleurs, la Ville tient toujours compte des circonstances exceptionnelles telles qu’accidents, maladie, décès, grève ou APC qui ne peuvent être prévus 21 jours à l’avance. Elle continuera de faire preuve, comme elle l’a toujours fait, de discernement et ne surfacturera pas les repas des enfants concernés par ces circonstances exceptionnelles.

Enfin, en ce qui concerne les accueils de loisirs, il ne m’est pas possible d’accéder à votre demande d’ouverture aux enfants pour l’après-midi uniquement. En effet, les accueils de loisirs, depuis la rentrée, enregistrent des taux de fréquentation record, avec plus de 1500 enfants accueillis le mercredi. Nous avons dû recourir en renfort à des personnels supplémentaires pour assurer le taux d’encadrement exigé par la loi. La priorité doit demeurer l’accueil des enfants à la journée pour les familles n’ayant aucun autre mode de garde. J’entends bien les contraintes des familles qui doivent effectuer des trajets pour déposer leurs enfants aux activités extrascolaires et auraient besoin d’un relais avec l’accueil de loisirs, mais ces accueils sont dimensionnés pour un certain nombre d’enfants et la Ville n’a pas à ce jour la capacité d’en accueillir davantage.

Si je partage pleinement les préoccupations de la PEEP quant à la prise en compte de la réalité du quotidien des familles, je suis aussi comptable des deniers publics : un service public ne peut durablement être facturé vingt fois moins que ce qu’il coûte effectivement, et offrir des dispositifs à la carte exigeant des personnels qualifiés que les enfants présents soient trente ou deux, et la mise en œuvre de projets éducatifs qualitatifs tout en réclamant des sorties toutes les demi-heures obligeant les animateurs à interrompre les activités et à recompter les enfants. Dans ce cas, l’accueil périscolaire est une simple garderie, ce qui n’est pas conforme aux demandes régulièrement formulées par les fédérations de parents d’élèves.

Afin de donner suite à vos demandes, je vous informe que le Conseil municipal sera saisi lors de sa prochaine séance de la modification du règlement des activités périscolaires dans les termes indiqués ci-dessus.

Je vous remercie vivement pour l’esprit de responsabilité que vous portez et vous assure que les changements seront effectifs dès la semaine prochaine."

Sylvain Berrios
Maire de Saint-Maur-des-Fossés